7 moyens de booster les questions du public en conférence

Les questions au micro sont et resteront des incontournables en conférence, pour la proximité et la spontanéité qu’elles apportent. Elles comportent cependant un certain nombre de limitations intrinsèques : un faible nombre de questions traitées, la tentation de l’autopromotion, des questions pas toujours représentatives du public, la timidité des participants… Pour ces raisons, les questions au micro sont de plus en plus souvent complétées par une application mobile permettant à l’audience de poser ses questions et de voter pour sélectionner les plus pertinentes.

Mais ces applications ne sont pas pour autant autoportantes : il appartient à l’animateur, aux intervenants et aux organisateurs de favoriser l’émergence de questions.

En effet, plus de questions et plus de participation signifient :

  • Plus de chances de voir émerger des questions pertinentes
  • Plus d’informations sur le public
  • Plus d’opportunités de prolonger les échanges après l’événement

Voici donc nos conseils pour maximiser l’utilisation de votre application, et faire passer l’interactivité de vos conférences au niveau supérieur !

Présenter la marche à suivre

Commençons par le plus évident… qui ne doit cependant pas être négligé ! Assurez-vous bien d’expliquer au début de l’événement comment accéder à l’application et poser une question, captures d’écran à l’appui… même si l’application est intuitive !

Ne censurer que ce qui doit vraiment l’être

Vous avez lancé avec succès la conférence, et les premières questions commencent à arriver… Félicitations ! Votre travail ne fait cependant que commencer ! La plupart du temps, les applications telles que Dialoog Q&A incluent deux fonctionnalités essentielles :

  • Modération : vous pouvez choisir de valider ou non chaque question de la salle.
  • Retour live : les participants peuvent suivre l’ensemble des questions posées par le public, que ce soit sur un écran ou sur leur propre appareil (afin de pouvoir voter pour les questions qu’ils souhaitent voir posées).

Cela implique donc que les participants savent immédiatement si leurs questions ont été validées ou non.

Pour éviter de les frustrer en donnant l’impression d’échanges cadenassés, nous vous recommandons donc de ne filtrer que les questions inacceptables (injures, langages grossier, sexisme, discriminations…), et celles qui n’ont aucun rapport avec le sujet (j’ai vu une annonce pour une voiture d’occasion, une fois).

Bien sûr, vous ne pourrez pas toutes les poser, mais ne fermez pas le dialogue à ce stade : vous sélectionnerez ensuite (par un simple bouton « favori ») les questions que vous souhaitez poser, sur la base de vos choix ou des votes des participants.

Poser rapidement les premières questions

Si les participants constatent que leurs questions sont prises en compte, leur participation ira crescendo. Sinon, elle s’estompera rapidement. Ce sera par exemple le cas si l’on change d’intervenant sans qu’aucune question ne soit posée, ou si au bout d’une heure on n’a toujours pas traité la moindre question.

Pensez donc à poser rapidement les premières questions pour leur montrer que leur participation est vraiment utile.

Féliciter les participants

Pensez également à souligner régulièrement les “bonnes questions”, “bonnes idées” ou “points de vue intéressants” des participants. Ne vous forcez pas à le faire systématiquement si cela n’a pas lieu d’être, mais la plupart des questions posées est suffisamment intéressante pour prendre la peine de remercier leur auteur, même s’il est anonyme.

Ne pas oublier les questions au micro

Utiliser une application permet d’augmenter la qualité et la quantité des questions auxquelles vous répondez. Cependant, nous recommandons de prendre une ou deux questions au micro après avoir traité les questions de l’application. Si vous ne le faites pas, vous pouvez donner l’impression de vous cacher derrière un artifice technologique pour ne pas avoir à faire face à votre public… et ce n’est pas l’objectif, bien au contraire !

Informer les participants du sort des questions restantes

Vous avez traité les premières questions du public, félicitations ! Il est maintenant temps de passer à la suite, et vous n’avez évidemment pas eu le temps de tout traiter. Pensez tout de même à informer les participants du sort qui sera réservé aux questions non traitées (si vous avez l’intention de les exploiter bien sûr). Si vous comptez y répondre après l’événement, ou les utiliser dans vos travaux, il faut le préciser aux participants, qui verront que leur contribution est valorisée. Sinon, ils se demanderont à quoi cela sert de poser autant de questions si seule une infime portion est traitée.

Nous vous recommandons fortement d’utiliser les questions restantes pour prolonger les échanges après la conférence, le suivi étant malheureusement le point faible de beaucoup d’événements aujourd’hui.

Rappeler régulièrement au public de participer

La première séance questions-réponses est terminée, l’événement peut suivre son cours ! Bien sûr, le nombre de questions par intervention variera en fonction de sa durée, son intérêt, sa difficulté, son aspect polémique et de nombreux autres facteurs, mais il reste encore une dernière tâche à compléter pour éviter une brusque chute de la participation : rappeler régulièrement au micro que les participants peuvent poser leurs questions à tout moment via l’application… et leur permettre de retrouver rapidement les informations d’accès : encart sur les slides, affiches dans la salle, flyers (pensez à l’environnement : utilisez cette solution avec parcimonie !), information sur le badge…

 

Vous avez maintenant toutes les clés en main pour faire de votre conférence un moment 100% participatif ! Vous souhaitez franchir le pas ? Retrouvez notre application DialoogQ&A : simple, efficace et gratuite pour les événements jusqu’à 50 participants !

 

Pierre Simonnin
Cofondateur de Dialoog
Professionnel des séminaires collaboratifs et du questionnement.
Ingénieur des Ponts et Chaussées diplômé d’un MBA en technologie et entrepreneuriat, Pierre a notamment été consultant en stratégie, a créé une première entreprise et a conçu et supervisé de nombreux séminaires collaboratifs avant de créer Dialoog.

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *