Les champs de texte séparés, la première clé de l’analyse des verbatim

Il existe de nombreuses bonnes pratiques pour poser des questions ouvertes utiles et constructives (nous les détaillons ici). Mais si vous avec plus de 30 répondants et souhaitez véritablement exploiter les verbatim (réponses en texte libre) ainsi collectés, une bonne pratique est certainement plus importante que les autres : utiliser des champs de texte séparés, qui facilitent la vie des répondants tout comme celle des personnes qui analyseront les réponses.

Concrètement, cela signifie que pour une question donnée, les participants auront plusieurs champs pour soumettre séparément leurs différentes idées (un peu à la manière de bullet points), par opposition à un bloc de texte unique :


Les champs de réponse séparés sur l’interface Dialoog

Les avantages dans l’expérience utilisateur

Ce système présente un certain nombre d’avantages pour le répondant :

  • Diminution de l’angoisse de la feuille blanche
  • Aide à la structuration de la réflexion
  • Fonctionnement plus naturel que le champ de texte unique (de nombreux répondants ajoutent déjà eux-mêmes des bullet points dans les champs de texte uniques)
  • Incitation à partager plus d’une idée
  • Aucune limite, puisque les participants peuvent soumettre autant de réponses qu’ils le souhaitent (avec le bouton “+” en bas à droite)

Des productions semblables dans le fond, mais dont la forme fait toute la différence

Pourtant, les avantages sont plus flagrants encore dans la prise en compte des résultats. Voici deux exemples de réponses, directement inspirées d’enquêtes réalisées par nos clients :

Champ de texte unique Champs de texte séparés
la charge de travail et les priorités, on ne peut pas tout mener de front d’autant plus que certains pôles ne sont pas au complet avec les nouveaux postes, les missions qui peuvent se chevaucher entre certains postes (à évaluer pour ma part quand la coordinatrice achats et le pilote commerce seront en poste), nos process internes / efficacité et performance, le nombre de réunions, se libérer du temps pour être moins dans l’opérationnel pour plus de prise de hauteur dans le poste afin d’être performant/concurrence, le marché est de plus en plus réactif avec internet et les clients sont des consommacteurs
  • la charge de travail et les priorités, on ne peut pas tout mener de front d’autant plus que certains pôles ne sont pas au complet avec les nouveaux postes
  • les missions qui peuvent se chevaucher entre certains postes (à évaluer pour ma part quand la coordinatrice achats et le pilote commerce seront en poste)
  • nos process internes / efficacité et performance
  • le nombre de réunions
  • se libérer du temps pour être moins dans l’opérationnel pour plus de prise de hauteur dans le poste afin d’être performant
  • concurrence, le marché est de plus en plus réactif avec internet et les clients sont des consommacteurs
– L’énergie dépensée à se réorganiser ne doit pas se faire au détriment de l’opérationnel, vigilance à garder nos basiques métier et d’être au service du réseau et de nos clients – S’assurer que le changement ne soit pas que du “vernis” , un effet de mode : il faudra communiquer régulièrement sur les bienfaits de la nouvelle organisation – Le “qui fait quoi ?” est une vraie problématique aussi bien au siège que pour les magasins, il est probable que cette nouvelle orga vienne accentuer le sujet. – Sur la stratégie et les ambitions : aucun débat, tout est cohérent et intelligent. Attention néanmoins à communiquer régulièrement si atteinte de l’objectif, changement de trajectoire…
  • L’énergie dépensée à se réorganiser ne doit pas se faire au détriment de l’opérationnel, vigilance à garder nos basiques métier et d’être au service du réseau et de nos clients
  • S’assurer que le changement ne soit pas que du “vernis” , un effet de mode : il faudra communiquer régulièrement sur les bienfaits de la nouvelle organisation
  • Le “qui fait quoi ?” est une vraie problématique aussi bien au siège que pour les magasins, il est probable que cette nouvelle orga vienne accentuer le sujet.
  • Sur la stratégie et les ambitions : aucun débat, tout est cohérent et intelligent. Attention néanmoins à communiquer régulièrement si atteinte de l’objectif, changement de trajectoire…

Les réponses sont donc bien plus lisibles avec des champs de texte séparés, et c’est aussi vrai pour l’homme que pour la machine ! La synthèse de Dialoog, qui identifie l’ensemble des idées exprimées dans chaque réponse, est ainsi produite plus rapidement et plus lisible, sans pour autant perdre d’information.

Du côté de la restitution de la synthèse, la différence est ici aussi flagrante : les réponses précédentes contiennent toutes les deux l’idée “Clarification des responsabilités” (et se retrouveront donc dans le groupe correspondant dans la synthèse), mais la représentation de ces résultats sera bien plus lisible dans un cas que dans l’autre :

Champ de texte unique Champs de texte séparés

Une même réponse contient jusqu’à 10 idées différentes, et se retrouvera ainsi dans chacune des catégories correspondantes. Cela implique de lire plusieurs lignes pour trouver la partie de la réponse se rapportant à une idée en particulier (ici “Clarification des responsabilités”).

Une réponse contient généralement une idée (parfois deux), ce qui permet de n’avoir que la réponse “utile” dans chaque partie de la classification.

En conclusion

Au-delà de la simplicité pour les participants, les champs de texte séparés facilitent infiniment la prise en compte de toutes leurs idées. Si les enquêtes Dialoog sont toutes conduites sous ce format, nous vous encourageons grandement à utiliser également ce modèle pour les enquêtes que vous réalisez par vous-même :

  • Si vous faites appel à Dialoog pour traiter les verbatim, vous bénéficierez d’un tarif plus avantageux, d’une synthèse plus rapide et de résultats bien plus lisibles
  • Si vous traitez les résultats par vous-mêmes, vous gagnerez là aussi du temps et de l’argent !

A savoir pour vous lancer : Les questions ouvertes avec champs de réponse séparés sont notamment proposés par Dialoog et Surveymonkey, mais pas par Google Forms et Typeform à ce jour.

 
 

Pierre Simonnin
Cofondateur de Dialoog
Ingénieur des Ponts et Chaussées, MBA, Pierre a notamment été consultant en stratégie et a créé une première entreprise avant de créer Dialoog. Spécialiste des questionnaires et séminaires collaboratifs, il accompagne les clients de Dialoog dans la réussite de leurs projets.