Pourquoi les questions au micro ne suffisent pas

Certes, rien ne vaut le contact humain, la spontanéité d’une question posée au micro… Mais vous avez forcément déjà vécu ce moment en séminaire ou conférence : un participant lève la main, récupère un micro, et après avoir passé 30 secondes à se présenter, peut commencer sa question. Ou plutôt un interminable monologue conjuguant thèse, antithèse, synthèse et leur contraire. Cette tirade dure depuis déjà plusieurs minutes quand les autres participants, perdus depuis longtemps, commencent à discuter entre eux. Certains, restés silencieux, sont comme prostrés de dépit, la tête entre les mains. Quand enfin l’orateur arrive au terme de 3 minutes d’une pénible prise de parole, l’intervenant sur scène hésite quelques secondes avant de demander “Mais… quelle est votre question, Monsieur ?”.

Cette scène, nous l’avons tous vécue. Je l’ai même vue se répéter un nombre incalculable de fois. Comment peut-on dire après cela que les questions au micro sont la seule et unique solution ? Dans le cadre d’un minutage serré où chaque seconde compte, cette intervention a déjà pris la moitié du temps imparti aux questions/réponses. Pire : on ne peut en aucun cas arguer que cette question est représentative des préoccupations des participants, qui s’en sont désolidarisé au bout de quelques mots. Non, la triste vérité est bien celle-là : une seule personne dans la salle est intéressée par la réponse à cette question… La personne qui l’a posée.

La technologie à la rescousse

Très bien donc, mais que peut-on y faire ? C’est très simple : ne vous fiez pas uniquement au micro. Permettez aux participants de poser leurs questions à travers une application disponible sur smartphone, tablette, PC, ou même par SMS. Qu’ils puissent également voter pour leurs questions préférées, vous obtiendrez alors les questions qui préoccupent réellement les participants ! Pas de temps perdu à passer le micro au participant levant la main ou à le laisser formuler la question, pas de freins pour les plus timides : vous répondez aux questions qui comptent, en traitant plus de questions, de meilleure qualité.

Et le micro dans tout ça ? Est-ce la fin du contact humain ? Bien sûr que non : certaines personnes ne poseront jamais leur question à travers une application, et on ne peut pas les laisser de côté pour autant. Nous recommandons chez Dialoog l’utilisation d’un micro en complément de cette application… mais uniquement une fois que les principales questions remontées via l’application ont été traitées : à ce stade, on peut se permettre d’accepter une question fastidieuse, car l’on sait que les sujets principaux ont été abordés.

Convaincu(e) ? Il est temps de découvrir l’application Dialoog Q&A ! Et comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, l’application est gratuite jusqu’à 50 participants !

 

Pierre Simonnin

Cofondateur de Dialoog
Professionnel des séminaires collaboratifs et du questionnement.
Ingénieur des Ponts et Chaussées diplômé d’un MBA en technologie et entrepreneuriat, Pierre a notamment été consultant en stratégie, a créé une première entreprise et a conçu et supervisé de nombreux séminaires collaboratifs avant de créer Dialoog.

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *